Motu proprio Ab initio
de François, promulgué le 21/11/2020

Texte Latin

Texte Français

LITTERAE APOSTOLICAE MOTU PROPRIO DATAE

« AB INITIO »

QUIBUS CAN. 435 §1 ET CAN. 506 §1
CODICIS CANONUM ECCLESIARUM ORIENTALIUM MUTANTUR



Dès les premiers temps de l’Eglise, certains fidèles se sentirent appelés à consacrer de manière particulière leur vie au service de Dieu et de leurs frères, en témoignant devant la communauté leur détachement du monde à travers ce qui deviendra ensuite la profession des conseils évangéliques de chasteté, de pauvreté et d’obéissance.

Aux expériences individuelles suivirent, d’abord en Orient puis en Occident, celles de vie commune fraternelle, rythmées par les prescriptions d’une Règle et par la soumission au Supérieur.

"Comme un arbre, dit le Concile Vatican II, qui se ramifie de façon admirable et multiple dans le champ du Seigneur, à partir d’un germe semé par Dieu, naquirent et se développèrent ainsi des formes variées de vie solitaire ou commune, des familles diverses dont le capital spirituel profite à la fois aux membres de ces familles et au bien de tout le Corps du Christ" (Constitution dogmatique Lumen gentium, 43).

L’Eglise accueille les différentes formes de vie consacrée comme manifestation de la richesse des dons de l’Esprit Saint; l’autorité ecclésiastique, en particulier les Pasteurs des Eglises particulières, interprète les conseils, en règle la pratique et, à partir d’eux, constitue des formes stables de vie, en évitant "ainsi de voir surgir imprudemment des instituts inutiles ou dépourvus de la vigueur indispensable". (Décret Perfectae caritatis, 19).

Il revient au Siège apostolique d’accompagner les Pasteurs dans le processus de discernement qui conduit à la reconnaissance ecclésiale d’un nouvel Institut ou d’une nouvelle Société de droit éparchial, ainsi que le jugement final pour vérifier l’authenticité de la finalité inspiratrice.

Après avoir procédé aux modifications du Code de droit canonique, dans cette perspective, je dispose également de la modification des cann. 435 §1 e 506 §1 du CCEO qui sont remplacés respectivement par les textes suivants :

 

Can. 435 §1 - Episcopi eparchialis est erigere monasterium sui iuris praevia licentia scripto data intra fines territorii Ecclesiae patriarchalis Patriarchae aut in ceteris casibus Sedis Apostolicae.

 

Can. 435 §1 - Il appartient à l'Évêque éparchial d'ériger un monastère de droit propre dans les limites du territoire de l'Église patriarcale ayant reçu l’autorisation préalable écrite du Patriarche ou, dans tous les autres cas, ayant reçu celle du Siège Apostolique.

 

Can. 506 §1 - Episcopus eparchialis erigere potest tantum congregationes; sed eas ne erigat nisi praevia licentia scripto data Sedis Apostolicae et insuper intra fines territorii Ecclesiae patriarchalis nisi consulto Patriarcha.

 

Can. 506 §1. L'Évêque éparchial peut ériger seulement des congrégations ; mais il ne les érigera pas sans l’autorisation préalable écrite du Siège Apostolique et en plus, dans les limites du territoire de l'Église patriarcale, sans avoir consulté́ le Patriarche.

 

J’ordonne que ce qui a été décidé par cette Lettre apostolique sous forme de Motu proprio, soit appliqué de manière ferme et stable, nonobsant toute disposition contraire, même digne d’une mention spéciale, et soit promulgué par publication dans L’Osservatore Romano, entrant en vigueur le 8 décembre 2020 et ensuite publié dans le bulletin officiel des Acta Apostolicae Sedis.

 

Donné au Latran, le 21 novembre de l’année 2020, fête de la Présentation de la Vierge Marie, la huitième de mon pontificat.

François